CONTRECOURBE Propositions - Documentation - Recherches. Mail : contact@contrecourbe.eu

Développement durable ?

L'idée du développement durable est apparue naturellement plus tard que le besoin qu'on en avait. C'est quand la solidarité intergénérationnelle n'est plus assurée qu'on s'en préoccupe.

Selon la définition donnée dans le rapport Brundtland en 1987 (ONU), le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins.
On peut s'étonner que les dettes et leur accroissement soient rarement associé à cette préoccupation.

Il y a dans cette définition une peur, qui n'est même pas cachée, des conséquences du développement économique du XXème siècle. Notre époque est caractérisée par la contradiction entre la poursuite de la croissance et la limitation des ressources.

Il semble que la croissance soit terminée.
Il est plus facile de faire des ajustement en période inflationniste. Nous sommes réduit à chercher notre chemin dans l'économie paysanne, dans la capitalisation des savoirs et des réserves, dans la conservation de ce qui peut encore être sauvé. La gauche n'y a pas survécu.
L'idée même de développement durable peut servir a justifier la poursuite de cette volonté d'expansion. C'est la transition énergétique qui est censée répondre au dérèglement climatique.

Après la durabilité, c'est le développement lui-même qui est mis en cause.

Le coût global est la tentative d'anticiper toutes les charges à venir d'un investissement. Son principal intérêt est de faire sentir l'incertitude des choix. Une autre approche, tout aussi économiste, est l'analyse du cycle de vie des produits.

Les limites des ressources sont devenues sensibles, et contrarient les idéologies issues de la révolution française. Quelques catastrophes, au loin, ont rappelé la fragilité de cet édifice rationnel.
Après quelques accidents inoubliables, le principe de précaution doit répondre aux interrogations sur la santé. Il s'applique d'abord aux nocivités reconnues. C'est pourquoi des lobbys vont défendre le glyphosate, la fracturation hydraulique des roches bitumineuses, les rayonnements électromagnétiques des appareils modernes ou les composés organiques volatils des produits d'entretien.

L'urbanisme, parce que c'est une discipline du long terme, est directement intéressé par l'idée de développement durable.

La ville du développement durable renvoie à la proximité.
Document : Réinventer les proximités dans la ville durable, par Jean-Marc Offner.

La mode de la densité fait question : elle ne répond pas forcément aux besoins d'une bonne desserte des transports, d'un accès à la nature ...